Pourquoi ce blog ?

NB Le blog est en construction, les pages seront alimentées dans les jours et les semaines qui viennent

A quoi ça sert que Ducros il se décarcasse ? Helmut et Lisa se sont donnés un mal de chien pour pourrir la vie de gens épouvantables. Il leur a fallu de l’imagination et surtout brouiller les pistes pour ne pas se faire attrapper. Ils savaient qu’ils ne pourraient en aucun cas justifier leur combat. D’une part parce qu’ils se sont souvent mêlés de ce qui ne les concernait pas, et d’autre part parce que le pouvoir avait prévu la parade : des lois impossibles à appliquer mais dont l’existence permettait d’opposer le sempiternel « yavéka porter plainte… » à toute tentative de justification de leurs posture justicière.

Mais ils ont bien rigolé…

A présent que le risque est passé, il reste à faire savoir….

Avant de commencer la lecture de leurs différents petits coups pendables, il convient de rappeler que ces faits ont été commis dans le cadre d’une entreprise publique et que la récurrence de certaines données peuvent étonner les lecteurs qui ne connaissent pas ce contexte. En deux mots, ils se sont retrouvés à devoir agir au moment où certains dirigeants – pour complaire aux nouvelles données crées par l’évolution du capitalisme financier dans la société occidentale- commencèrent à expérimenter le management par la terreur insidieuse et ce avec la complicité du syndicat le plus puissant, soucieux avant tout de conserver ses prébendes et sa « clientèle » au sein de l’entreprise, et ce, sans scrupules aucun. A coup de doubles langage, d’enfumage, de perversité érigée en mode de comportement normé officieusement.

Il y a tout d’abord l’omniprésence des organismes de représentation du personnel, dont « le syndicat majoritaire ». Cette appelation contrôlée tient lieu de cache sexe, qui permet à la Direction d’en parler sans le nommer, sorte de « qui vous savez»…. Souvent appelé « les Camarades » par le personnel ou « les Cosaques » par les cadres, Helmut et Lisa préféraient « le Cocoland », racourci goguenard visant à démystifier ce que Lisa considérait comme une organisation de malfaiteurs. Il s’agit en fait d’une  sorte de nébuleuse regroupant des militants syndicaux influents, souvent également membres d’un certain parti politique, « le Parti »…Ils y ont longtemps pris leurs ordres et financé ses activités par le biais de l’argent du Comité d’Entreprise, dont la gestion leur était confiée par la grâce d’un statut aux petits oignons concocté pour ce faire. Pour ce dernier point, une affaire en Justice est en cours depuis plusieurs années et doit arriver devant les tribunaux début 2013, si le nouveau pouvoir n’intervient pas.

Dans ces Entreprises réputées ouvertes au dialogue social, le Syndicat Majoritaire n’est pas le contre pouvoir qu’il est supposé être. Il est l’autre pouvoir. Bien plus insidieux que celui de la Direction, il le doit à sa capacité de saboter impunément par le bas les missions des membres de l’encadrement rétifs à se plier à ses désideratas. De ce fait, il dispose d’une influence disproportionnée qui amène souvent la Direction à aller dans le sens de ses visées en ce qui concerne les évolutions de carrière. Ils peuvent ainsi placer leurs pions dans l’échelle hiérarchique, à de nombreux niveaux de responsabilités… Ainsi, qui se trouve confronté à un hiérarchique promu grâce au soutien du « syndicat majoritaire » est confronté à la fois au représentant de la direction (le pouvoir) et à l’organisme supposé le protéger contre les abus de pouvoir puisque le hiérarchique (souvent « petit » chef issu du rang) est un protégé des Camarades. Le cadre supérieur est aussi à la merci des inconvénients qui peuvent lui être occasionnés par un intermédiaire hiérarchique qui manipule la base contre lui par le biais des revendications sociales ou manoeuvres d’obstruction et dans ce cas, il est très rare que soit trouvée une issue honnête. Dans le meilleur des cas, le jeune ingénieur qui ne veut pas comprendre implicitement qu’il lui faille se ranger à l’avis de son subalterne influent et agissant contre les directives du sommet, est muté. Jamais de vagues..

Jusqu’aux années 90, la richesse de l’Entreprise dirigée par l’Etat patron, permettait aux cadres et employés honnêtes de s’accommoder de cette curieuse conception de l’Entreprise où ce ne sont ni les patrons ni les employés qui influencent le plus, mais une sorte d’Etat dans l’Etat qu’un code implicite oblige à ignorer officiellement.

Mais une fois venu le temps des gains de productivité et de l’ouverture au capital, le surplus de travail généré ajouté à l’incompétence de ceux en charge de son organisation, rendirent vite la situation intenable. Parce que souvent, les petits responsables promus du fait de leur accointances étaient de parfaits incompétents en matière managériale, mais aussi parce qu’il était toujours hors de question de demander un travail en échange d’un salaire à une bonne partie de la « clientèle » privilégiée du Cocoland. Habituée depuis des lustres à ne rien faire, comment exercer sur eux la moindre pression pour les mettre au travail. Les surcharges devenaient donc insoutenables pour le reste des salariés. Quand la haute direction se mit en devoir de faire entendre à l’ensemble du petit personnel, ces « privilégiés », qu’ils devaient en rabattre, sous risque de perdre « leur emploi »… les suicides apparurent… Et la rumeur publique renseignée par les seuls responsables de ces drames ( Direction et Camarades), donnait des explications complètement erronées quand elle n’accablait pas l’entourage des victimes frappées ainsi de la double peine…

Helmut et Lisa ont fait ce qu’ils ont pu. On peut trouver cela décalé, et ça l’est. Ils ont aidé à régler le problème en sortant du cadre à savoir en terrorisant les terroristes… Et cela a marché…Pas de suicides durant les temps où ils ont œuvré. Même si la Direction et les victimes de leurs haut fait d’armes ont fait de leur mieux pour ne pas ébruiter ce qui se passait (inutile de donner des idées à tout le monde et de faire rire même sous cape aux dépens de personnages « protégés ») l’anonymat sous couvert duquel ils ont agi, leurs motivations et les limites qu’ils avaient pu s’imposer, rendaient les cibles des attaques plus précautionneuses dans leur comportement. Ce qui était le but recherché. Aujourd’hui encore, Helmut et Lisa s’amusent à rappeler aux plus abjects, de façon tout aussi discrète qu' »on » ne les a pas oubliés.

Ces affaires sont traités par « victimes » mais certaines actions furent concomitantes, car la meilleure façon de brouiller les pistes est de multiplier des cibles ostensibles sans points communs.

Ce blog est dédié à

La Poste pour son efficience dans la distribution du courrier

et à la société Mapa pour ses gants en Latex…. Seul moyen de ne pas laisser de traces.

Qui sont Helmut et Lisa ? Ils vous livrent leurs photos. Enfin, presque…

img060             img058 - Copie

Les Trente Glorieuses, quand la duplicité et le double langage n’étaient pas devenus les critères d’une forme supposée d’intelligence supérieure…. Helmut était déjà un petit écolier espiègle dans le Nord, Lisa sur la côte atlantique, commençait juste à marcher…

Ils ont mis du temps à se rencontrer, mais depuis….ils se sont rattrappés… Pour le plus grand malheur des enflures qu’ils ont croisées.

C’est mignon à cet âge là, il ne faudrait pas que ça grandisse…

…/…

Toute ressemblance, etc, etc 

Les personnages, les lieux (rappel). Nom un peu ou beaucoup modifiés.

La Rebelle : ville où se situe l’entité de l’ Entreprise. Pont de Bretagne, métropole régionale où se situent les autorités de tutelle de La Rebelle.  Autres lieux cités : Phocée en Provence : grande métropole de Méditerranée, Fort de la Roque : petite ville à 30 kilomètres de La Rebelle, l’Ile aux Marais Salants, île touristique face à La Rebelle (couverte de marais salants), Abbaye de Neubourg (toponymie germanisée): relais gastronomique dans l’agglomération de Pont de Bretagne.

Helmut et Lisa : les auteurs des faits. Couple à la ville mais activités et niveaux de responsabilité très différents dans l’Entreprise.

Mike et Piotr, Directeurs successifs

Nick et Freddo, : DRH successifs, Bénédicte, leur assistante. Freddo fut directeur commercial quand Nick était DRH

Nikkos : directeur financier. Aldo : bras droit de Nikkos.

Dédé l’Empapaouté : directeur financier national, autorité de tutelle de Nikkos.

Annabelle Pichon : chef du Personnel ; Gargammelle : petit chef bras droit d’Annabelle mais grande cheftaine officieuse des Camarades.

Marcel et Cunégonde : cadres commerciaux.

De ces personnages, seuls Piotr et Nick ne furent pas visés mais eurent à connaître les faits. 

Adélaïde et Walter, cadres et proches d’Helmut.

Flo et Blondie : collègues et amies de Lisa.

Autres collègues cités : Mirabelle et Johnny responsables syndicat minoritaire, rigolos et sympathique, aucun lien particuliers entre eux autre que la complicité, Marika et Marie Charlotte (informatrices à leur insu de Lisa, braves filles), Miranda et Bjorn Sanchez (couple, lui cadre « issu du rang », top lèches et complices tacites des cibles d’Helmut et Lisa ), Riri, Rocco (compagnon de Gargamelle, un des piliers du Cocoland), Padraigh et Lulue employés victimes des cibles susnommées (Padraigh a remonté la pente après un congés sabbatique mais Lulue a été licenciée, Helmut et Lisa n’ont pu que la venger pour l’exemple).

Et aussi hors de l’Entreprise :

Pierre Marie Bourret, animateur radio né à La Rebelle et devenu – notoriété de bobo aidant, l’organisateur d’un festival estival les Gauloconneries. supports de la page consacrée à :  « le plus célèbre des résidents… » ainsi que « Le Club » : cercle convivial d’inspiration anglo-saxonne regroupant les parvenus de la ville hors les 3 Points.

2 réflexions à propos de “ Pourquoi ce blog ? ”

  1. Madame, Monsieur,

    Votre langage codé est très imaginatif et reflète l’ambiance de ce nid de vipères. Je vous recommande des ouvrages sur le népotisme syndical et sans le filtre de l’auto-censure, trop répandu sur ce thème sensible, et trop méconnu.

    – Jean-Luc TOULY. L’argent noir des syndicats. Fayard
    – Loic HISLAIRE. Dockers, corporatisme et changement. L’Usine Nouvelle
    – Laurence de CHARETTE et Marie-Christine TABET. EDF. Un scandale français. Robert LAFFONT.

    Ce black-out s’étend également au rapport d’enquête parlementaire de l’ancien député centriste, Nicolas PERRUCHOT, qui fut refusé de publication en commission, ce qui est inédit à ce jour.

    Jean-Gilles MALLIARAKIS dénonce aussi ces dérives sur son site L’INSOLENT.FR.

    – L’indispensable mutation du syndicalisme français. Histoire et Liberté numéro 33, publication de l’Institut d’Histoire Sociale.

    Le patronat achetant la Paix Sociale, explique cette complaisance complice, permise par le paritarisme, comme pour la Formation Professionnelle et son budget opaque:

    – Collectif. Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours. La Découverte
    – Coleectif. Dictionnaire historique des patrons français. 300 notices biographiques. Flammarion
    – Michel OFFERLE. Sociologie des organisations patronales. Repères/La Découverte
    – Michel LALLEMENT. Sociologie des relations professionnelles. Repères/La Découverte.

    Cordialement.

    • Monsieur, merci de confirmer notre prose… »codée »… J’ai lu (dévoré) « Laurence de CHARETTE et Marie-Christine TABET. EDF. Un scandale français »…. Pour les autres, on ne peut pas tout lire…, le vécu me suffit. J’ai simplement voulu montrer que – même en situation délicate- on pouvait agir en sortant du cadre -sous réserve de garder une éthique- et semer la perturbation chez des gens qui se croient – hélas à juste titre- intouchables, qu’il s’agisse de l’encadrement ou des « camarades »…. La peur des braves gens trop respectueux d’une autorité dont la respectabilité est exempte à présent de tout fondement objectif, reste la seule base de leur pouvoir… Qu’on passe outre, et on a devant soi des cuistres désarmés… et ridicules..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s